Pastels au petit palais

par M. Lieby

Les pastels sont extrêmement difficiles à conserver. Ce qui est tout à fait normal car ils n’ont pas été conçus pour l’être. Au départ, il servent à placer les éléments d’une composition, à indiquer les modelés et la circulation de la lumière. Bref, ils font partie de la cuisine interne et préparatoire du peintre et ne sont pas considérés comme des oeuvres à part entière.

Il faut attendre la fin du XVIII ème siècle (chez Chardin notamment) mais surtout le XIX ème et l’engouement pour le travail "sur le motif" (c’est à dire en dehors de l’atelier) pour qu’ils révèlent leur plein potentiel. Bien au chaud dans la besace de l’impressionniste, ils peuvent être sortis et utilisés en un instant, à la différence de la peinture qui nécessite une lourde mise en place. Eux seuls permettent alors de saisir une lumière, une ambiance aussi fugace que magnifique.

Le petit palais leur accorde une splendide et rare exposition du fait de leur fragilité, et ce jusqu’au 8 avril 2018.

Pastel de Berthe Morisot

Partager cette page